Non à la régression sociale, en grève et en manifestation le 9 octobre

La CGT Hérault lance une campagne pour les salaires, le pouvoir d’achat, les pensions et appelle à la mobilisation en grève et en manifestation l’ensemble des salarié·e·es , des retraité·e·s, des jeunes le 9 octobre. Le président de la République, son gouvernement et sa majorité, sont empêtrés dans des affaires qui confirment la dérive autoritariste du pouvoir, alors que tous les indicateurs sont au rouge sur le front de l’emploi et de la croissance.

Le gouvernement vient de réaffirmer sa volonté d’aller encore plus loin dans la casse sociale en confirmant les suppressions de postes dans la fonction publique et leur remise en cause pure et simple, en poursuivant sa politique de cadeaux fiscaux pour les plus riches, les plus puissants, en annonçant son intention de réformer notre régime de retraite. La retraite par point est généralisée avec pour conséquence directe pour TOU·TE·S les salarié-e-s, des pensions en baisse, un âge de départ en retraite augmenté avec les conséquences que l’on connaît déjà pour la santé des travailleurs.

Pourtant, cet été, une nouvelle fois, la France a battu un nouveau record en matière de dividendes versés aux actionnaires. Près de 51 milliards ! Du jamais vu en France ! Et on nous parle de crise, et on nous martèle de faire des efforts et de rogner sur nos droits et nos garantis collectives ! De qui se moque-t-on ?

Ils engrangent chaque jour un pognon de dingue tandis que le chômage et la précarité frappent chaque famille.

N’est-il pas temps d’exiger des conditions de vie et de travail décentes ? D’exiger que le travail soit mieux rémunéré en lieu et place de la finance ? D’exiger le respect de toutes celles et tous ceux qui sont à la retraite après une vie de travail, d’exiger des perspectives d’avenir pour la jeunesse ?

Toutes et tous mobilisé·e·s, imposons :

L’augmentation des salaires, des pensions, des minimas sociaux.

►L’égalité salariale et professionnelle entre les femmes et les hommes.

►La retraite à 60 ans et la reconnaissance de la pénibilité.

►Le maintien et le développement des services publics et de la protection sociale.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *