CGT CHU MONTPELLIER

8 bonnes raisons de se syndiquer à la CGT

  1. Pourquoi me syndiquer, puisque le patron décide de tout dans l’entreprise ?

Rien n’est inéluctable. Si nous prenons en mains nos affaires, nous pouvons faire changer les choses. Dans beaucoup d’entreprises, grâce à l’action collective, des avancées ont été obtenues en matière de salaires, de conditions de travail, de lutte contre la précarité. Le syndicat est le lieu naturel pour que les salariés débattent, s’organisent, agissent pour faire valoir leurs droits, leurs revendications. Tout le monde a sa place dans la CGT.

2. Les syndicats sont trop loin de nos préoccupations, trop politiciens !

La CGT a pour vocation la défense des intérêts des salariés. Nos intérêts sont différents de ceux des patrons.

Dans cette perspective, pour être efficaces, nous ne nous interdisons rien : la lutte, la proposition, la négociation… Nous ne subordonnons pas notre action à l’influence de quiconque (partis politiques, associations, etc.). Les syndicats représentent les salariés dans la société, ils ont un rôle d’acteur social.

3. Dans mon entreprise, je ne sais ce qu’il se passe dans les réunions avec la direction ?

Plus nous serons de syndiqués, plus nous devrons exiger de nos délégués qu’ils soient nos représentants et donc qu’ils rendent des comptes à la section syndicale ou au syndicat. C’est la section syndicale d’entreprise, le Syndicat avec les adhérents qui élaborent la politique revendicative. À la CGT, personne n’est propriétaire de son mandat. Ce sont les syndiqués qui décident qui va les représenter.

4. Je vote pour la CGT, c’est déjà bien suffisant !

Voter, c’est déjà agir, mais comment le prolonger ? L’écart entre notre influence (le vote CGT aux Prud’hommes, aux élections professionnelles) et notre nombre d’adhérents est trop important. Face aux employeurs, si nous voulons peser, si nous voulons être entendus, si nous voulons négocier dans de bonnes conditions, n’oublions jamais que notre force c’est le nombre et être organisé  !

5. Il y a trop de syndicats, je ne sais pas lequel choisir.

C’est vrai et c’est une caractéristique française ! D’ailleurs, par souci d’efficacité notre organisation recherche toujours l’unité d’action. Néanmoins le choix ne doit pas être un obstacle. En venant à la CGT, personne n’abandonne ses idées personnelles, ce sont tes idées qui comptent, et c’est toi qui apporteras ta contribution au syndicat.

6. Si je me syndique … où va l’argent de ma cotisation ?

C’est se donner les moyens de l’action collective. En clair, la cotisation sert à l’expression de l’organisation (tracts, affiches organisations de réunions etc.). Elle sert au financement solidaire de la CGT à travers ses organisations (confédération, fédérations, unions départementales, unions locales, syndicats).

La cotisation fixée statutairement à 1 % du salaire net est un principe d’égalité. Chaque adhérent cotise proportionnellement à ses revenus.

66 % de tes cotisations annuelles sont déductibles des impôts et si tu n’es pas imposable un crédit d’impôt te sera versé. A titre d’exemple, un agent qui touche un salaire de 1500 euros net par mois versera 15 euros par mois à la CGT. 15 X 66 % = 9,9 € d’abattements fiscal. La cotisation revient donc à 5,1 €/mois…

7. Si je me syndique … à quoi aurai-je le droit ?

Se syndiquer c’est se donner la liberté d’agir. Individuellement et collectivement, nous faisons valoir nos droits (Code du travail, conventions collectives, accords d’entreprises…). En outre, le syndiqué a droit à des informations particulières (presse, informations juridiques, assistance,…)

8. Si je me syndique … c’est pour participer ! Trouverai-je ma place dans le syndicat ?

Chacun compte pour un ! Le point de vue de chacun est important ! Être syndiqué, c’est apporter quelque chose à la collectivité. Tu prendras la place que tu auras envie de prendre, avec le degré d’investissement qui sera le tien. Tous les salariés ont leur place dans le syndicat.

Imprimer cet article Télécharger cet article