Compte rendu CHSCT du 11 juin 2020

1/Point Covid : Nous sommes au plus bas de l’épidémie, un seul patient hospitalisé en chirurgie digestive ; les secteurs Covid sont vides.

Augmentation progressive des consultations avec mesures barrières toujours en place : port du masque obligatoire, vérification du masque des patients, SHA, plus de prise de température mais questionnaire toujours en vigueur.

Hospitalisations : tension sur les lits car les passages aux urgences sont au même niveau qu’avant la pandémie, donc décision d’assouplir la règle du « un patient par chambre ».

Visites : les services fixent les règles de visite dans leurs secteurs

Les internats sont ouverts, les selfs restent ouverts sous les mêmes conditions que durant la crise

Les sérologies : réflexion engagée en lien avec la médecine du travail

Fin juin un retour d’expérience sera engagé afin d’évaluer et faire évoluer le plan blanc, ce qui permettra une réflexion sur la prise en charge du patient ; ce sera aussi un moyen d’identifier et exploiter des expériences innovantes.

EPI : toujours tension sur les surblouses (filière textile qui prend le relai) et les gants nitrile

(Car plus de production de matière première)

Dépistage : activité du drive très modeste, 30 passages jours environ : concernant l’équipe mobile les personnels du CHU ne seront sollicités qu’en cas d’urgence particulière, et ce sur la base du volontariat.

Info RH : 80 demandes de reconnaissance de maladie professionnelle reçues, une réflexion sur le dépistage sérologique est en cours, une enquête sur le télétravail a été lancée, la ligne dédiée aux personnels vulnérables est toujours ouverte, et la médecine du travail revoit tous les agents. Une enquête d’autoévaluation des agents est en cours : les professionnels pourront bénéficier d’une aide si difficulté.

L’accueil en halte-garderie est maintenu jusqu’à fin juin.

Les bons d’essence seront à disposition de tout le personnel non médical sauf si absence d’au moins un mois.

2/Bilan cellule d’écoute :

Dispositif mis en place dès la deuxième de la crise, a fonctionné du 20 mars au 27 mai 7/7 : depuis le 2 juin se sont les psychologues du travail qui assurent le maintien de cette cellule en appui avec la médecine du travail. L’enquête autoévaluation est en lien avec la cellule, et ce au vu des questions très fréquentes remontées par les agents (compétences, engagement, etc.).

3/Crèche du CHU : fonctionnement durant la crise sanitaire

La crèche est restée ouverte durant toute la crise sanitaire ; en parallèle une halte-garderie a été mise en place pour les enfants de moins de 4 ans ; la crèche familiale est aussi restée ouverte.

L’aide des étudiantes puéricultrices a permis à la crèche d’accueillir 8 enfants de son personnel. Grace à l’implication de l’ensemble du personnel les enfants ont pu continuer à être accueilli dans de bonnes conditions de sécurité et un environnement bienveillant.

L’accueil des enfants à la crèche a été gratuit jusqu’à la fin du confinement, et actuellement les nombre de places est encore réduit au regard des obligations sanitaires.

4/Bionettoyage :

Organisation pour les secteurs de consultations :

Des agents sont passés de jour (sur la base du volontariat) et ont été fixés dans les différents services de consultation ; bon accueil des services après une petite période de flottement, les congés annuels sont maintenus. Vu cette nouvelle organisation, l’agent d’encadrement de nuit est passé en poste d’après-midi.

Le matériel nécessaire à cette nouvelle organisation est toujours en attente vu les difficultés de livraison inerrante à la crise sanitaire, certaines fiches de postes doivent encore nous être présentées, et aucune date de fin pour cette organisation n’est encore décidée

De ce fait, un bilan à 3 mois a été demandé.

Vote : CGT : pour, CME, Unsa pour ; FO et CFDT abstention

       Projet CALM Bellevue

Projet qui s’est appuyé sur des constats de dénutrition dans les secteurs USLD ; mise en place de repas à l’assiette, soit en salle à manger soit en chambre. Les agents y trouvent un intérêt en termes de qualité de travail et de contact avec les résidents.

La période ne permettant pas de se prononcer sur les réelles conditions de travail, nous avons demandé un bilan à 6 mois. Pour ce secteur aussi des arrivées de matériel adaptés se sont fait attendre.

Vote : CGT abstention, CFDT FO abstention ; UNSA pour, CME absente lors du vote

Néonatalogie : bilan à 9 mois de la réorganisation

Charge de travail qui reste importante mais équipe satisfaite de cette organisation ; les agents demandent une formation à la bonne utilisation de l’autolaveuse : celle-ci est prévue.

Vote : Cgt pour, FO, CFDT, UNSA, CME : pour

Point d’étape suite au CHSCT extraordinaire du 17/10/2019

Comité de suivi : 202 entretiens, 6 refus. Un groupe d’expression sur la valorisation du métier va être mis en place. Point au prochain CHSCT.

Même si nous en étions déjà convaincus, la crise sanitaire a bien mis en avant la place prépondérante de l’ASHQ dans le soin.

5/Bilan à 6 mois de l’organisation des AP sur la réa néonatale, soins intensifs et réa pédiatrique :

Les objectifs de l’organisation sont atteints, vécu très positif des AP. Le travail en binôme a permis d’officialiser le rôle de l’auxiliaire puer dans ces secteurs et de valoriser leur travail, ce qui nourrit un sentiment de reconnaissance.

Voter : pour unanimité

6/Démarche d’analyse des accidents du travail : admission Lapeyronie :

 Présentation de circonstances et conséquences d’un accident du travail du a un dysfonctionnement paraissant très banal ; bilan un arrêt de travail pendant un an …..Actions correctives partiellement mise en place , actions à moyen termes prévues, travail  d’anticipation nécessaire.

7/SST : Présentation de processus de prise en charge, adaptation du SST à la crise sanitaire :

Comme tous les secteurs, ce secteur a dû adapter son organisation et a fait preuve de réactivité face aux besoins de prises en charge et de protection des salariés. Là aussi, le travail pluridisciplinaire a pris toute son importance.

8/Sécurité incendie et sureté :

Contre-indication au port de la barbe liée à l’utilisation de l’ARICO

Mise en place d’un dispositif dédié au suivi des rondes

Dotation courant 2020 de gilets balistiques et anti- lacération

Présentation de mise en place de protections pour les agents du service et de solution de traçabilité au regard des responsabilités en cas de malveillance ou d’incendie. Certaines mesures et nouvelles organisations peuvent susciter certains questionnements. Il s’agit de valoriser et de sécuriser le travail effectué par toute une équipe, et qui répond à de nombreux points de réglementation.

Les équipements prévus le sont aussi pour les personnels externes, mais ce sont les prestataires qui doivent fournir les équipements.

Nous sommes revenus sur les effectifs nécessaires pour assurer ces missions et les nombreuses heures supplémentaires faites par les équipes. Nous aurons certainement l’occasion de revenir sur ce point en CTE.

 » Concernant les rondes, la majorité des agents assimilent ce pointage à une sorte de flicage, se pose la question de pouvoir répondre à toutes les missions sans renfort d’effectif »

Nous resterons donc vigilants sur ce point et la charge de travail de l’équipe.

Vote : pour à l’unanimité

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *