CGOS Occitanie : la CGT informe : CESU exceptionnels / QVT socialisée

CESU – Garde d’enfant : Le 19 mai, nous vous informions que des agents avaient été « oubliés » dans l’attribution des CESU exceptionnels « garde d’enfants ».  Des dossiers s’étaient égarés et des agents avaient reçu plusieurs mails contradictoires.

La CGT avait donc fait remonter cette problématique au siège régional du CGOS. Suite à notre tract, de nombreux agents de la région qui avaient été « oubliés » nous avaient contactés.

La Délégation Régionale et certaines organisations syndicales n’ont pas apprécié notre démarche dans la mesure où nous avions annoncé que la CPAS serait certainement sollicitée pour rattraper les dossiers manquants (Commission Permanente d’Aide et Secours).

Nous n’avons pas pour habitude de « crier au loup » sans raison et pour cause ! Ce ne sont pas moins de 226 dossiers qui ont été récupérées par la Direction régionale… en CPAS !

A croire que nous avions largement sous-estimés un « bug » qui avait laissé de côté plusieurs centaines de familles.

Financement de la QVT par le CGOS : les directeurs trouvent un nouvel allié… 

En 2019, la Direction Nationale du CGOS mettait en place la prestation « Actions Sociales Collectives ». Nous nous étions alors fermement opposés à ce « fake » qui s’apparente à une action de QVT éloignée des missions statutaires du CGOS.

Plusieurs régions vont désormais multiplier les financements de ce type comme en Auvergne, où un budget de plus d’1 millions d’€ serait dilapidé entres autres, pour rafraîchir les vestiaires des personnels…

Au Comité Régional d’octobre 2019, la CGT avait voté contre l’abondement de cette prestation : 150 000 €/an, soit l’équivalent de 150 aides exceptionnelles à 1000 € pour les agents.

La semaine dernière, le bureau régional a présenté une demande de « subvention » pour une action artistique (soirée dansante) au profit d’un établissement ariégeois. Cette initiative « solidaire » post-COVID, créerait du lien entres les agents et les habitants du village et renforcerait le dialogue social entre la Direction et syndicats ?!!

Nous avons rappelé que ce type d’action ne répondait aux missions du CGOS. Le bureau régional a imposé un vote qui aurait dû être soumis au Comité Régional.

Lors du vote, la surprise n’est pas venue des directeurs hospitaliers représentant la FHF ni d’un syndicat réformiste, mais d’une nouvelle organisation d’accompagnement. Malgré des critiques ciblées contre cette subvention, elle s’est malgré tout rangée aux côtés des directeurs.

En mars 2019, malgré l’opposition de l’ensemble des organisations syndicales, la fédération des directeurs d’établissements (FHF) avait imposé la QVT financée par le CGOS grâce à la voix prépondérante du président (49.3 version CGOS).

En 2020, alors que nous étions prêts à dénoncer un simulacre de paritarisme, le président n’a pas eu à dégainer son 49.3. Il pourra désormais s’appuyer sur un nouveau syndicat réformiste.

On pouvait attendre mieux de la vice-présidence…

 

Mots-Clés : # # # #
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *