Nous avons toutes et tous une bonne raison de nous mobiliser le 9 octobre…

Les mauvaises conditions météorologiques annoncées pour ce mardi 9 octobre nous imposent, malheureusement, l’annulation du barbecue revendicatif initialement prévu devant l’entrée du Centre Administratif Bénech. Pour le moment,  le rassemblement au Peyrou à  10 h 00  en vue de la manifestation est maintenu et nous vous y attendons nombreuses et nombreux. Les annonces gouvernementales concernant le financement de la sécurité sociale 2019 vont créer de fortes turbulences dans le secteur de la santé.
Au plan national : La baisse des budgets hospitaliers entraînera une diminution des effectifs, la dégradation de la prise en charge des patients et l’augmentation de l’activité à effectifs constants, vecteur d’épuisement professionnel.La réforme du système des retraites signifierait la fin du statut des fonctionnaires hospitaliers et une baisse du niveau des pensions.
CGOS : le ministère de la santé envisage toujours de supprimer les prestations retraite et maladie et de diminuer les contributions des établissements.

Au CHU de Montpellier  :

Chronos : depuis son déploiement, nous observons la généralisation du travail gratuit (premier 1/4 d’heure) quand certains ne bénéficient toujours pas de la validation de temps supplémentaire…

La pénurie de personnel, majorée l’été dernier, entraine une gestion des plannings au jour le jour : rappels à domicile ou envoi de SMS, suppressions de repos ou de RTT (validation la veille ou le jour de la pose).

Les projets de réorganisation impliquent la participation de tous les professionnels.

 Congés d’été : la Direction affirme qu’il est impossible d’appliquer la réglementation (3 semaines en période estivale du 21 juin au 21 septembre) ? Pourtant, les CHU d’Anger, Lyon, Rouen… bénéficient des 3 semaines de congés du 21 juin au 21 septembre, tout comme le CHU de Toulouse, rattaché à l’ARS Occitanie !

 Les personnels du CHU ne doivent pas être considérés comme une variable d’ajustement. Pour toutes ces raisons, le 9 octobre 2018, mobilisons-nous :

Manifestation départementale unitaire à Montpellier

10h : Rassemblement au Peyrou

Vous pouvez effectuer 1 h de grève sans retenue sur la prime.

Vous pouvez être assignés et grévistes sans perte de salaire 

Le droit de grève
Comment ça marche ?
Afin de mettre un terme aux assignations abusives, la procédure d’assignation présentée au CTE du 27 septembre 2016 avait fait l’objet d’un rappel aux cadres. Le syndicat CGT avait obtenu que les agents assigné(e)s puissent désormais se déclarer grévistes sans perte de salaire. Assignation des postes du service prévus au jour de la grève
1-Sollicitation des agents « volontaires » prévus au planningle jour de la grève
2-Sollicitation des agents non prévus au travail le jour de la grève et volontairespour être assignés.
3-Sollicitation des agents prévus au travail le jour de la grève, désignés par ordrealphabétique à l’initiative du cadre de proximité.
4-A défaut, sollicitation des agents non prévus au travail le jour de la grève,désignés par ordre alphabétique à l’initiative du cadre.
Peut-on être assigné et se déclarer gréviste ?
Oui, depuis septembre 2016.Il vous suffit de vous déclarer gréviste auprès de votre encadrement,SANS SUBIR DE RETENUE SUR SALAIRE !
Vous serez alors comptabilisé(e) dans le taux de mobilisation (ARS).
Absence inférieure ou égale à 1 heure
1 heure de retenue sur salaire
Aucune incidence sur la prime de service
Aucune incidence sur la retraite
1 jour de grève
1 jour de retenue sur salaire1 jour de retenue sur la prime de service1 jour de retenue sur la retraite

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *