Réponse à la « Lettre ouverte sur le projet de réorganisation de la psychiatrie d’Adultes sur le CHU de Montpellier » ou « Comment la Direction Générale du CHU soigne… sa communication »

Les  syndicats des psychiatres hospitaliers, les syndicats des personnels soignants, les psychologues du département de psychiatrie adulte et les responsables des secteurs psychiatriques non-universitaires s’inquiètent de la manipulation de l’information et du management autoritaire de la Direction Générale et des responsables du Pôle de psychiatrie.

Ceux qui prônent dans leur communication le bien-être au travail et la modernisation des pratiques usent malheureusement de méthodes d’un autre âge sur le terrain. 

Après avoir fait l’impasse complète sur un travail de concertation concernant le projet de réorganisation de la psychiatrie  montpelliéraine et face à l’indignation croissante de nombreux professionnels, la Direction Générale et la direction du  Pôle ont organisé une conférence de presse le 20 juin 2018 afin d’imposer leur  projet.

 Pour ce faire, ils n’ont pas hésité à publier sur l’intranet une lettre ouverte trompeuse qu’ils ont également transmise à l’Agence Régionale de Santé avec l’objectif de convaincre les autorités de tutelle.

Selon eux, ce projet aurait été validé par la majorité des psychiatres du CHU et même par une association de malades jamais mentionnée jusque-là et appelée en renfort dans l’après coup.

 

La réalité est tout autre. 

 

La Direction a simplement décidé de communiquer rapidement pour étouffer les critiques et les interrogations légitimes des professionnels plutôt que d’instaurer une vraie concertation attendue par tous. 

La lettre ouverte publiée par « les psychiatres d’adulte du CHU » est en réalité destinée à fabriquer du consentement et à influencer non seulement les autorités de tutelle mais la presse, la population et les soignants eux-mêmes.

 

Hormis les initiateurs de ce projet, qui sont ses signataires ?

 

Tout d’abord, des praticiens des services universitaires de psychiatrie dont beaucoup entretiennent des liens de subordination  avec les rédacteurs du projet, ensuite des psychiatres du Pôle des Urgences dont nombre d’entre eux ont un statut précaire ou provisoire et enfin un médecin n’appartenant ni au pôle de psychiatrie, ni même au pôle des Urgences, l’objectif étant de donner l’illusion du nombre.

Plusieurs de ces médecins auraient découvert leur nom au bas de cette lettre après publication et, compte-tenu des pressions exercées, seraient empêchés de tout démenti par crainte pour leur avenir professionnel.

 

Il se trouve cependant que la majorité des psychiatres titulaires de l’hôpital de la Colombière  conteste les méthodes de management du pôle ainsi que ce projet élaboré sans eux.

Les responsables des cinq secteurs non-universitaires de psychiatrie de l’adulte ont refusé de signer cette lettre et plusieurs praticiens ont dénoncé par écrit ce qui se révèle comme une supercherie.

 

La réalité, c’est aussi que ni les psychologues, ni les cadres de santé, ni les équipes soignantes n’ont été invités à participer à l’élaboration collective de ce projet.

 

A cet égard, les psychologues de la psychiatrie de l’adulte ont interpellé la direction du Pôle et du Département pour dénoncer la brutalité de l’annonce et de la méthode.

Ils  déplorent l’absence de sollicitation  de leur profession et des autres acteurs du soin  ainsi que la mise à l’écart des diverses instances propres à œuvrer à la vie institutionnelle de l’établissement.

 

On peut s’interroger sur des méthodes qui écartent tout dialogue interprofessionnel et qui organisent le clivage, génèrent l’insécurité  professionnelle et provoquent  l’incompréhension et la souffrance  au travail chez les personnels concernés.

A ce propos, la manière dont les personnels de l’Unité de Traitement des Troubles Anxieux et Dépressifs (UTTAD) ont été sommés de se positionner sans délai en vue de leur réaffectation est assez édifiante.

 

Il est par ailleurs insupportable  que des responsables pourtant éclairés fassent silence sur le manque manifeste de moyens dont dispose la psychiatrie publique montpelliéraine après des années d’inflation démographique et qu’ils organisent une redistribution de ces moyens de manière inéquitable entre les secteurs dont la disparition apparaît implicitement programmée.

 

Aucun praticien  ou soignant  raisonnable n’est opposé à la concertation  et à la réflexion  sur  une réorganisation de la psychiatrie à Montpellier, bien au contraire. 

 

Il est cependant  inadmissible qu’un projet de restructuration  aussi important soit imposé sans réflexion collégiale ni concertation  avec l’ensemble des acteurs concernés et que le rapport préalable de la mission d’appui désignée par le directeur général soit tenu secret. Aucun professionnel n’a pu en prendre connaissance à ce jour.

 

Les signataires de ce communiqué demandent donc la mise en place d’instances de concertation interne et de réflexion collégiale conformément aux dispositions relatives à l’organisation et au fonctionnement des pôles dans la loi HPST (articles R6146-9 et  R6146-9-1 – décret n°2010-656 du 11 juin 2010 – art. 1), sur un projet qui engage le CHU  pour de nombreuses années, dans l’intérêt des patients, des soignants et de la population toute entière

 

Montpellier, le 29 août 2018.

                                                          

SPH                                                                           IDEPP                                                

Syndicat des Psychiatres des Hôpitaux                               Intersyndicale de Défense de la Psychiatrie Publique

Docteur Dorothée Passerieux                                            Docteur Hélène Ho Quoc

 

CMH                                                                         CPH

Coordination Médicale Hospitalière                                   Confédération des Praticiens des Hôpitaux

Docteur Gérald Cuegniet                                                 Docteur Michelle Nègre

                                                                                  

Collectif des responsables   de Secteur                 Coordination des Psychologues du

non universitaire de Psychiatrie adulte                 Département de Psychiatrie adulte Docteur Jean-Luc Moulis                                                Nelly Righi

                                                                                  

CGT CHU Montpellier                                           FO CHU Montpellier

Confédération Générale des Travailleurs                             Force Ouvrière

Françoise Gaillard                                                         Luc Maurel

 

CFDT CHU Montpellier

Jean-Laurent Mercadier

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *