SEGUR ET PRIME SPECIFIQUE : une nouvelle entourloupe, ni vu, ni connu !

Après les reclassements indiciaires qui ont laissé sur le carreau 1/3 des hospitaliers, après les primes qui divisent les équipes, voici la nouvelle arnaque du gouvernement.         

Lindemnité de sujétion spéciale a été remplacée par l’indemnité spécifique

Ce qui change, c’est le nom… mais pas que !        

AVANT LE DECRET : de nombreux agents hospitaliers percevaient l’ISS (Indemnité de Sujétion Spéciale) dont le montant suivait l’évolution du traitement.

Cette indemnité augmentait donc au fil de la carrière de l’agent bénéficiaire. 

Exemple : en septembre 2021 Mme X percevait 213.53 € d’indemnité de sujétion spéciale (prime des 13 heures)

 

APRES LE DECRET : ces mêmes agents bénéficient de la nouvelle indemnité Spécifique le mode de calcul est identique à l’ISS, MAIS…           

La base de calcul est désormais fixée et figée à la situation de l’agent au 30 septembre 2021 (ou au 31/12/21 selon les situations) donc avant les reclassements dans les nouvelles grilles…

 

CONSEQUENCES  

Cette indemnité n’augmentera plus malgré vos avancées d’échelons…     

Exemple : En janvier 2022, Mme X aurait dû percevoir 221,23 € au titre de l’ISS. Avec la nouvelle indemnité, elle percevra jusqu’à la fin de sa carrière 213.53 € !!! Soit – 7,7 € !

 

ATTENTION : il semblerait que prestataire du service de la paie du CHU n’ait pas encore pris en compte cette modification réglementaire. De nombreux agents risquent de se voir retirer quelques dizaines d’euros dans les mois à venir pour un « trop perçu ».

Les reclassements indiciaires auront donc été une opération blanche.  
Le gouvernement a accompli un « joli » tour de passe-passe.

Mots-Clés : # # #
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.