Nous avons toutes les raisons de nous mobiliser le 16 novembre 2017

Depuis l’élection du président Macron, nous assistons à la mise en place d’une série de réformes ultralibérales qui cassent tous nos conquis sociaux. Ces derniers ont pourtant permis de faire progresser notre société, d’élever les  conditions de vie et de travail des salariés, de gagner l’allongement de l’espérance de vie, etc…
Pour la CGT la page des ordonnances n’est pas tournée.


La nouvelle réforme du droit du travail à travers toute une série de décrets en préparation est une transformation profonde des relations entre le salarié et l’employeur. Ces mesures visent à généraliser la précarité, faciliter les licenciements, détourner les règles de négociation, de représentation et de défense collectives des salariés.
Les décrets ne sont pas encore publiés que le gouvernement lance une autre série de réformes sur la formation professionnelle, l’apprentissage et l’assurance chômage, avant de s’attaquer aux retraites…

Cette attaque contre le Code du travail et le statut des salariés repose sur 3 piliers :

• simplification des modalités de licenciement individuel et collectif,
• fusion des instances représentatives du personnel et réduction
du champ d’intervention,
• renvoi de la négociation qui jusqu’à présent relevait de la branche au niveau de l’entreprise (le Medef se voit offrir l’opportunité de créer un « Code du travail » par entreprise, voire par salarié).
Une politique menée au service du patronat et de la finance
Le gouvernement n’agit que pour transformer notre société en profondeur et l’adapter coûte que coûte aux exigences du capitalisme mondialisé et financiarisé.
C’est bien dans cette logique que Macron a mis en route le rouleau compresseur de la destruction sociale en s’attaquant à notre Code du travail, aux statuts et aux missions de la fonction publique, tout en voulant détruire
simultanément l’ensemble des protections des salarié·e·s, que ce soit la Sécurité sociale, les retraites, le droit à la formation ou l’indemnisation du chômage.

Les députés ont voté la baisse de l’ISF et se sont dans le même temps prononcés pour l’augmentation de la CSG, qui va gravement impacter les revenus des retraités et des fonctionnaires.

Télécharger le tract au format PDF ici :  Tract CHU.

Surtout, ne tombez pas malade !
Avec 3 milliards d’euros d’économies sur l’assurance maladie, qui pourrait croire qu’il sera plus facile de se faire soigner demain ? Le gouvernement préfère se lancer dans une chasse aux « fraudeurs », la fermeture de lits d’hôpitaux, l’augmentation du forfait hospitalier (qui finalement reviendra à la charge des usagers), le rétablissement du jour de carence et les suppressions de postes plutôt que d’investir dans un système de santé moderne qui réponde aux besoins des populations.
Il est grand temps de mettre un coup d’arrêt à cette politique et d’exiger de véritables mesures de progrès social en faveur des salariés, des jeunes et des retraités.
Il est possible de réduire le temps de travail, augmenter les salaires, développer les services publics et renforcer la protection sociale.

Nous avons toutes les raisons de nous mobiliser le 16 novembre prochain.

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *