CHUCHOTE #6 « Les GHT Urgences et SMUR de Lodève » Episode 2.

CHUCHOTE l’émission de la CGT qui fait du bruit à l’hôpital !
Sixième épisode des CGTubeurs du CHU de Montpellier

Tu peux poser des questions dans les commentaires.

Abonne toi à la chaîne pour être informé de la sortie de nos nouvelles vidéo.

Tu peux aussi nous contacter par mail au syndicat-cgt@chu-montpellier.fr ou par téléphone au 3 96 54

CGT CHU Montpellier

Vidéo
Mots-Clés : # # # #
Imprimer cet article Télécharger cet article

2 réactions on “CHUCHOTE #6 « Les GHT Urgences et SMUR de Lodève » Episode 2.”

  1. Bonsoir je croyais que l’on devait avoir un service d’urgence digne de ce mot et un smur si l’on etait a plus de 30 minutes d’un CHU ou CHRU

  2. Je suis tout à fait d’accord, il faut adapté et amélioré ce service d’urgence à Lodève. Habitant dans le bassin de Lodève, je redoute, dès que quelque chose de plus ou moins grave arrive à ma famille, de devoir aller à l’hôpital de Lodève, car nous avons eu une très mauvaise expérience qui a failli couté la vie à mon mari.
    Vous parliez d’infarctus. En 2012, mon mari en a fait un, à l’age de 36 ans, alors qu’il faisait du vélo autour du lac de Salagou, un dimanche. Les pompiers de Clermont l’Hérault ont mis plus de 45min a arrivé, et le médecin régulateur a décidé de l’envoyer à Lodève. Résultats : après un électrocardiogramme normal et une seule prise de sang de troponine correcte (une deuxième étant normalement prescrite 6 heures après pour le diagnostic d’infarctus, mais selon eux pas obligatoire car pas remboursée!!! j’ai rêvé…), ils l’ont laissé sortir avec une douleur à la poitrine. Heureusement que nous avons un bon médecin généraliste, qui a été vif le lundi, et qui l’a fait transporté d’urgence à Arnaud de Villeneuve après le résultat très alarmiste d’une deuxième prise de sang. La troponine a explosé et le mardi, pose de stent, l’artère principale était bouchée à 90%. Cela aurait pu être pris en charge beaucoup plus vite s’il n’avait pas fait le détour « inutile » par Lodève, ou si les médecins de Lodève avaient été plus attentifs aux signes et plus réactifs pour l’orienter plus rapidement sur Montpellier.
    Avril 2017, rebelote devant des calculs rénaux, transportés à 2h du matin à Lodève, la radiologie n’ouvrant qu’à 9h, imaginez vous le délai d’attente avec une crise toutes les demi-heures, extrêmement douloureuses. Tout ça pour être rapatrié sur Montpellier en fin de matinée, après avoir attendu une ambulance pendant plus d’1h pour le transport.
    Les urgences ne sont pas vraiment adaptée pour de telles situations d’urgences. Tout devrait être mis en place pour avoir un bon diagnostic, le plus rapidement possible pour le patient (radiologie, scan…). Et prévoir un service d’urgence rapide, sur place, pour le transport sur Montpellier dans les cas les plus critiques.
    Il faut redonner des moyens à ces hôpitaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *