Infirmier.e.s de bloc et puéricultrices : la réforme de la formation attendue à la rentrée 2018

La CGT se félicite de la reprise, après 6 ans d’arrêt, des réingénieries pour les infirmier.e.s puéricultrices-teurs et les IBODE. Les travaux reprennent sous l’égide du ministère de la santé et de l’action sociale ainsi que du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. Le ministère est en attente du  2ème rapport de l’IGAS/ IGAENR pour trancher sur l’attribution du grade universitaire.

La formation se déploierait sur un schéma de 4 semestres (au lieu des 18 mois actuels) avec 120 crédits ECTS obtenus. Ceci devrait rendre possible l’attribution du grade Master pour les infirmier.e.s spécialisé.e.s, comme le réclament les professionnels. La CGT déplore l’absence de lettre de cadrage précise des ministres.
L’organisation et l’évaluation des stages est à revoir et à inscrire dans un cahier des charges, de même pour la progressivité des enseignements.

De très nombreuses questions restent en suspens pour les IBODE qui passent par la voie de la validation des acquis de l’expérience ou par la validation des acquis professionnels. D’autre part, la possibilité de passerelle avec les médecins et les sages-femmes est maintenue.

Revendications de la CGT portées lors des reprises de la réingénierie des IBODE le 30-3-2017 et de celle des PUER le 21-3 :

 

–  Attribution du grade Master à l’ensemble des IDE spécialisé.e.s, avec une réelle reconnaissance statutaire.

– Réattribution de la reconnaissance de la pénibilité et de la catégorie active et de son application dans le secteur privé.

– Exclusivité de fonction des IBODE (et des IDE puéricultrices-teurs), s’appuyant sur la consultation du décret d’actes des infirmier.e.s.

– Dans le cas de l’application de la mesure 13 annoncée lors de la grande conférence de la santé (universitarisation des professions de santé), la CGT revendique que la formation des étudiants soit dispensée par des cadres formateurs issus de nos professions ; ceux-ci devront se former pour devenir des enseignants chercheurs.

– Des délais suffisants pour parachever cette réingénierie, sans passage en force, et avec la volonté de présenter les textes en juillet, pour une mise en œuvre en septembre, comme cela fut le cas pour la formation des IDE en 2009, avec les problématiques que cela a posé pour le conventionnement avec les universités.

– Réaffirmation que chaque formation ne soit pas liée à l’adhésion de l’étudiant à l’ordre des infirmier.e.s.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *