Ordre infirmier: Déni de démocratie, une minorité majoritaire !

 

L’Assemblée nationale confirme dans la loi de santé l’existence de l’ordre national infirmier.

L’intersyndicale, qui depuis près de 10 ans s’oppose à cet ordre,  analyse cette décision comme un soutien d’élites envers l’ordre et un refus d’écoute de la majorité des professionnel-les.

Une immense majorité s’oppose à l’existence d’un ordre professionnel, alors que les lobbies qui y sont favorables ne représentent qu’une minorité d’infirmiers (ères) dont certains ne sont même plus en exercice.

Il y a en France 620 000 infirmier(e)s en activité. L’ordre national infirmier revendique, sans en faire la preuve, 170 000 adhérents, mais parmi ceux-ci nous dénonçons que nombre d’entre eux l’ont été contraints.

La démocratie du nombre doit être plus forte que les lobbyings ! 9 ans après sa création, 450 000 infirmier-es demeurent  non adhérents à l’ordre, parce qu’ils et elles n’en veulent pas !

Ils et elles doivent être entendu-es.

 Nous continuons de demander à la Ministre de la santé, au Premier ministre et au Président de la République, aux députés et sénateurs d’abroger l’ordre infirmier et de réintégrer les missions données à cet ordre au sein de  la sphère  publique de l’État.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *