Compte rendu CTE du 26 juin 2018

1 – Directoire du 15 mai 2018 – pour information

  • Le Directoire a émis un avis favorable à la création d’une fédération- pharmacie hospitalo-universitaire Montpellier, Nîmes, Toulouse,
  • Projet d’actualisation schéma directeur architectural : Lapeyronie II,
  • DRHF : élaboration des programmes d’amélioration des conditions de travail dans le cadre des démarches déjà menées et également de la remontée de projets,
  • Plan de gestion des lits pour cet été (fermetures et mesures de renfort),
  • Bilan 2017 qualité gestion des risques.

 

2 – Présentation projet « Hôtel patient » – Pour information

Une réflexion a été menée à propos des « nuitées évitables » au sein du CHU concernant notamment des patients hospitalisés sur plusieurs jours ( en hôpital de semaine généralement) pour des motifs divers (lymphoedème, éducation thérapeutique, bilan cancérologie, chirurgie ORL bénigne…) dont l’hospitalisation la nuit n’est pas nécessaire mais qui, du fait de l’éloignement de leur domicile, ne peuvent pas faire des allers-retours quotidiens. Ainsi les lits libérés par ces patients pourraient être réutilisés. Le coût de cet hébergement hôtelier, supporté par l’établissement serait moindre. Dans la phase test, les hôtels partenaires (avant le lancement d’un appel d’offre) sont au nombre de 3 (les Troènes, l’hôtel Lapeyronie, La Pasquière) et tous situés dans un environnement proche du CHU. Tous les aspects ont été envisagés y compris les critères d’éligibilité qui sont au nombre de 3 : le patient doit être autonome, il doit habiter loin et de pas avoir de soins la nuit.

Le retour des quelques patients qui ont pu en bénéficier est très positif, les équipes médicales, soignantes et administratives maitrisent le dispositif et sont bien impliquées dans le projet. La recette générée se répartit ainsi : 43 euros pour la chambre individuelle, 20 euros de forfait journalier, 13 euros pour le repas du soir, il resterait à charge environ 5 euros par nuitée au maximum. La cible visée est de 30 nuitées/jour. Les services pilotes sont NSTC et cliniques médicales.

Pour notre organisation syndicale le démarrage est lent et il est trop tôt pour dresser un bilan.

3 – Rapport d’activité du CHU 2017 – pour consultation

Nous avons émis plusieurs observations et interrogations à propos de ce rapport :

  • Investissements : ils sont en augmentation, 35,8 millions d’euros consacrés en 2017 contre 32 en 2016.
  • Communication : la page la plus consultée de l’intranet est celle du CGOS. Cela confirme l’intérêt que portent les personnels à cette structure menacée par l’actuel gouvernement. Signez notre pétition sur Change.org.
  • Accueil et activité  : légère augmentation sa capacité en nombre de places en 2017 (594 contre 573 en 2016). Le nombre d’hospitalisation s’est accru (239 321 contre 235 105 en 2016). L’ambulatoire confirme sa montée en charge avec une augmentation de 2,5 % (34,9 % contre 32,4 en 2016).
  • Cancérologie : le suivi des patients est en augmentation : 7899 patients en 2017 contre 7400 en 2016. Nous avons été interpelés par l’activité du TEP* SCAN : 4610 examens réalisés en 2017 contre 1934 en 2016 (la Direction va vérifier ces chiffres).
  • Urgences : le nombre total de passages aux urgences est en hausse avec 122 250 contre 119 353 en 2016 ; même constat pour les appels reçus au SAMU, Centre 15 et SMUR en augmentation (+ 30.000). La demande d’augmentation d’effectifs revendiquée par nos collègues des urgences est largement justifiée.
  • Chirurgie : alors que l’activité est en augmentation, nous observons un net recul des interventions chirurgicales réalisées en 2017, soit 40 200 contre 49 000 en 2016 !
  • Biologie : recul inquiétant pour cette spécialité : 31 millions en 2016 contre 10 millions en 2017 !

 

Chiffres clés des pôles

  • Biologie-pathologie : nous observons une énorme baisse d’effectifs de 40 postes (183 etp en 2016 contre 144 en 2017).
  • Cliniques médicales : la capacité d’accueil a sévèrement diminué : 257 en 2017 contre 313 en 2016 ! Cette diminution affecte les effectifs médicaux et non-médicaux. Du coup l’activité diminue de manière inquiétante : 41 000 hospitalisations en 2016, 26 333 seulement en 2017 !
  • Pôle digestif : même constat au niveau des interventions chirurgicales en net retrait en 2017, soit 4338 contre 9000 en 2017 !
  • Les pôles EMMBRUN, femme-mère-enfant et NSTC enregistrent aussi une diminution d’interventions chirurgicales :
    • Pôle EMMBRUN : 3895 réalisées en 2017 contre 4482 en 2016.
    • Pôle femme-mère-enfant : 8086 en 2017 contre 10 000 en 2016.
    • Pôle NSTC : 10 503 interventions en 2017 contre 11 607 en 2016.
  • A l’inverse, l’activité de chirurgie du pôle os et articulation est en augmentation avec environ 500 interventions réalisées en plus.
  • Pôle pharmacie : le nombre de traitements, DMI et DMS référencés aurait doublé, soit 19 981 contre seulement 11 000 en 2016 !
  • Pôle urgences : nous observons la montée en charge des passages aux urgences et aux consultations : + 3000 ainsi qu’en imagerie : + 2500.

 

Effectifs non médicaux Si la Direction assure qu’ils ont progressé de 67 ETP en 2017, la comparaison avec le précédent rapport nous fait écrire le contraire : 8368 ETP en 2017 contre 8873 en 2016. Le bilan social devrait corriger ou confirmer ces données.

Absentéisme

Le CHU enregistrerait une réduction de 2,18 jours d’absence par agent sur l’année avec un taux de 7,08 %. La Direction juge ces résultats « encourageants », y compris au regard du nombre de journées d’absences dues aux accidents du travail (-3000 en 2017). Nous déclarons que cette diminution est peut-être aussi due aux interventions très « limites » du médecin « conseiller technique » du CHU qui a tendance à requalifier certains AT en maladie ordinaire quitte à aller à l’encontre de spécialistes ou de chirurgiens…

Ce point sera abordé lors de la prochaine présentation du bilan social.

Vote : CGT abstention, autres OS : Pour

 

4 – Bilan à 1 an de la réorganisation de la DAMSCO – pour information

Le bilan présenté fait état de nombreux départs au sein de la DAMSCO tous non encore remplacés. La gestion des RH se fait désormais par pôle et non plus par statut. Cette réorganisation va permettre de favoriser le partage et la complémentarité au sein de l’équipe,  mettre en place des formations, renforcer la coopération….

 

5 – Point sur l’organisation fonctionnelle des achats et les approvisionnements pharmaceutiques – pour information

De nombreux agents (dont 2 managers) ont quitté la pharmacie ou sont sur le point de le faire et certains recrutements sont toujours en attente. Une organisation tenant compte de ces paramètres a donc dû être mise en place afin que ce secteur d’activité puisse poursuivre sa mission essentielle pour l’établissement.

 

6– Désaffectation, déclassement du domaine public au domaine privé du CHU de Montpellier et cession de quatre logements de fonction vacants et d’une structure extérieure de psychiatrie – pour consultation

La CGT a demandé le retrait de la consultation concernant la vente de la structure extérieure de psychiatrie rattachée à la filière UTTAD. La réorganisation de cette filière sera présentée aux instances en septembre. La direction a donc retiré cet élément de ce point.

Quatre biens immobiliers appartenant aux CHU dont trois villas situées :

  • sortie Lacordaire,
  • rue des mûriers,
  • sur la commune de Grabels

et un appartement dans le quartier latin sont proposés pour un déclassement du domaine public au domaine privé sur des valeurs estimées par les domaines.

 

 

Nous avons rappelé que le CHU aurait pu conserver un voire deux logements qui auraient pu être dédiés à l’hébergement temporaire des nouveaux agents du CHU ou des familles extérieures au département dont l’enfant est hospitalisé. Cette démarche aurait pu s’inscrire dans celle du projet social.

 

Vote : pour unanimité

 

7 – Projet Tempo : point d’actualité – pour information

Un premier bilan du déploiement nous est présenté qui note :

Trop grande variabilité de cycles, absence d’intégration de l’OAT dans les pratiques GTT, les agents et les cadres ont pour certains des difficultés à s’approprier les fonctionnalités de Chronos, il faut encore mettre en place certains ajustements et paramétrages…

Dans les points positifs on note :

Le repositionnement des cadres dans la gestion des plannings et le lien avec les équipes, une visibilité inédite sur les roulements, les cycles, les droits des agents, la possibilité de développer des plannings par poste et par compétence, les potentialités de l’outil en termes de gestion et de pilotage du temps de travail dans les services.

Prochain comité de pilotage TEMPO début août. Durant l’été le travail sur la perfectibilité de l’outil reste d’actualité et il a été décidé de reporter en septembre la poursuite du déploiement de Tempo.

 

8 – Bilan de réalisation du plan de formation 2017 – pour consultation

Nous avons fait remarquer que payons les conséquences de la ponction de 300 millions d’euros du budget ANFH pour renflouer les comptes de la SS.

Ce bilan met en avant une baisse notable des accords de CFP (15 en 2017 contre 41 en 2016).

Concernant la promotion professionnelle, nous avons pointé la poursuite de la réduction des PP AS, la filière infirmière reste stable avec une augmentation des PP IBODE, IADE.

Nous fait remarquer la présence d’une PP masseur kiné que la Direction n’a pas commentée.

Vote : CGT abstention, autres OS : pour

 

9 – Bilan à 9 mois pour les PUER et AP de la neuro-pédiatrie à GDC– pour consultation

Pour le bon fonctionnement de l’unité, la majorité  de l’équipe souhaite un chevauchement d’1/4 d’heure et non d’1 ½ heure (7 h 30 – 19 h 30 et non plus 8 h 00 – 20 h 00), la charge de travail étant plus importante le matin de 7 h à 8 h  que le soir de 19 h à 20 h. Cette demande a été prise en compte.

Vote : CGT pour + FO, UNSA, CFDT   abstention : CNI

 

10 – Bilan à 3,5 ans pour les IDE et AS de l’UARP – Pour consultation

Vote : CGT pour + FO, UNSA, CFDT   abstention : CNI

Mots-Clés : # # #
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *