Infirmier.e, une profession qui ignore son pouvoir !

Les différentes réformes qui se sont succédées depuis 1979 ont morcelé le champ de la santé et ont validé l’idée que si l’on réduisait le nombre de lits d’hospitalisation, la demande en soins diminuerait. 39 ans plus tard, les dépenses de santé sont toujours considérées comme un coût par nos gouvernants et non comme une richesse apportée à la population.
Ce dogme néolibéral admonesté comme une vérité absolue vient de la volonté de vouloir tout quantifier, valoriser et mettre en concurrence. Aujourd’hui, l’ensemble du  personnel  est  impacté  par  les Groupements Hospitaliers de Territoires (GHT). De nouvelles organisations du travail se  mettent  en  place  au sein des territoires sanitaires, accompagnées de mutualisation des moyens avec pour volonté une baisse du coût de la prise en charge des patient.e.s  au  prix  d’une dégradation de la sécurité des soins dispensés. Faute d’effectif, le risque d’erreur  dans  la  précipitation est  majoré.  

Télécharger le 4 pages au format PDF, ici : Option spécial IDE.

Lire dans la visionneuse.

Mots-Clés : # # # #
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *